Vu du Caillou #34 : Le désamour !

Ce vendredi 20 aout, 15h27 (heure du caillou) je me sens à bout… Je viens de regarder mon émission favorite m’assurant d’habitude une bonne sieste, « L’Équipe Du Soir ». Cette fois, le plan dodo s’avère raté ! La larme à l’œil je décide de prendre mon ordinateur pour coucher toute mon amertume footballistique de ces dernières semaines.

Je vais suivre la chronologie de ce désamour par souci de clarté et de simplicité.


Tout commence par le championnat d’Europe et cette piteuse prestation des Bleus. Je l’ai vue venir dès l’annonce du retour de Benzema en EDF. Je sens tout de suite le souffle des pro-Benzema me narrant ses 4 buts dans la compétition. Et ils ont raison par un certain côté, celui des statistiques personnelles. Mais mon football, celui que je chéris, c’est celui du collectif. Deschamps, pour une fois n’y a plus prêté attention et il s’est bien gaufré. Quand tu mets 5 ans un joueur au placard, à son retour dans l’effectif, il ne doit pas devenir titulaire indiscutable. Que Benzema soit titulaire, vu le niveau du footballeur, ça paraît normal. Mais qu’un joueur qui a le collectif dans le sang, deuxième meilleur buteur de l’histoire, ne puisse plus pratiquement fouler le terrain, ce n’est pas respecter le sens du collectif. Giroud a été maltraité et les Bleus l’ont payé. Car c’est toute la mentalité de ce groupe qui a vacillé avec le retour de Benzema devenant le grand pote de la diva, meilleur tireur de coups-francs de la compétition. Vraiment un beau Parisien ce « MBapette » qui mange la feuille en prolongation contre les Suisses en ne servant pas Giroud, surement par choix stratégique ! « Avec cet air supérieur » MBappé et sa bande nous ont menés où on le méritait, à une piteuse élimination, avec la « meilleure attaque du monde ».

L’horrible nouvelle de la semaine dernière, à savoir, la signature de Messi au PSG m’a pulvérisé. Mon amour du football se trouve clairement remis en question. Là c’en est trop ! Messi, un joueur que j’adorais signe à Paris, le club que je déteste tant il est à l’opposé des valeurs que je défends. J’en arrive à espérer que le petit lutin argentin se blesse gravement. On peut me traiter de mauvaise personne de penser cela. Mais que dire du non-respect du fair-play financier ? Il n’y a plus aucune équité et aujourd’hui notre championnat est déjà joué. Se dire que notre exploit de 2012, ça ne sera plus jamais possible, ça enlève quand même un peu de piquant à mon sport favori. Alors si les défenseurs de ligue 1 jouent de façon un peu brutale, ça sera aussi un manque de fair-play, mais faut bien se défendre dans ce monde de brutes ! Car les millions lâchés par le Qatar c’est de l’ultraviolence surtout dans le contexte actuel. L’idée aussi qu’un joueur comme Messi fasse toute sa carrière dans le même club me plaisait aussi. Encore une vision du monde qui s’écroule !

Le dernier coup de massue vient de « L’Équipe Du Soir » et du débat sur le départ d’Andy Delort à Nice ou à Marseille. La larme coule… Pourvu que ce ne soit qu’une mauvaise discussion de comptoir sur notre capitaine, tant il colle à « Ma Paillade ».

Voilà j’arrête de pleurer en espérant qu’Andy Delort fasse taire cette triste rumeur en réitérant son amour pour le club, « Andy, dis moi oui, Andy », et que notre équipe remporte sa première victoire contre Lorient.

Cette chronique psychanalytique m’a libéré de mes frustrations footballistiques et je remercie celles ou ceux qui m’ont lu jusqu’au bout.

Allez Paillade

Stéphane Castieau

Autres articles

17 Commentaires

S’abonner
Notifier de
17 Commentaires
Récents
Anciens Populaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
17
0
L’article vous fait réagir ? Commentez !x
()
x