Butte Paillade 91 et Groupes Ultras

Voici un long article consacré aux Ultras de Montpellier. Un article à lire avec beaucoup d’intérêt pour ceux qui voudraient essayer d’aborder et de mieux comprendre la mentalité de ces supporters. Un papier de la série “Supps par Terre” à découvrir sur Les Cahiers du Football. Très intéressant aussi de lire toute la série et de suivre les aventures des deux journalistes allant à la rencontre des groupes de supporters, car il y a des initiatives à regarder dans les autres groupes en France et dont les groupes montpelliérains pourraient s’inspirer. Il en ressort une très grande diversité et des groupes Ultras qui ne partagent pas toujours la même vision des choses sur certains sujets. A savoir également que les avis divergent au sein même des groupes et où plusieurs courants peuvent émerger.

L’article a fait réagir pas mal de personnes en commentaire aux propos rapportés. A chacun d’avoir son avis sur ces déclarations. Nous vous partageons un commentaire qui s’approche le plus de la réalité par quelqu’un que nous connaissons bien ici “Mama, Rama et Papa Yade”.


“Bonjour c’est l’avocat du diable. Ou plutôt de sa marmite.
Je ne suis ni commis d’office, ni aveuglé par la cause pailladine.
Le mouv je l’ai connu et vécu comme sûrement d’autres cedefistes. Je l’ai d’ailleurs plus vécu à l’etranger qu’au sein de mon club de cœur, même si j’étais carté BP en des temps bien antérieurs. 
Toussa pour dire que je conçois ou partage certaines objections sur les incohérences et côtés haïssables du truc. L’age, le recul, la vie…etc, je bouffe de la Paillade au quotidien, je fais mes déps hors-parcage pour des raisons qui me sont propres, mais je garde une certaine affection pour ce mouv qui m’a fait rencontrer aussi bien d’indecrottables connards comme des gens en or.

Ceci étant posé, les « touristes » ici décrits ne sont pas que les pauvres victimes de l’oppression des méchanzultra: y a ceux qui seraient prêts à tarter pour un drapeau qui bouche la vue, qui insultent le capo parce qu’il leur casse la tête à exhorter la tribune à chanter ou à lever les mains, qui veulent qu’on s’asseoit devant. Y a ceux qui ne chantent qu’apres un but pour injurier l’equipe adverse, pour provoquer le parcage… Et il y a les cochons de payants qui gueulent sur les ultras a chaque grève des chants, comme si c’étaient des sociétés de chorales rétribuées par leur club, qui trouvent que la grève pénalise mais qui sont eux-mêmes infoutus de chanter. Bref, y a de la parano, de l’abus de pouvoir chez les ultras vis à vis des « sapins, lambdas et autres mastres » mais pas que.
Sur l’aspect ambiance, je tire mon chapeau à la Butte qui arrive à ambiancer le stade qui en architecture, rassemblerait un anti-cahier des charges en faveur de l’ambiance.

Comme l’a dit Tonton, ne croyez pas que la phrase sur les vrais montpelliérains soit un procès en grand-remplaçage.

Bravo aux auteurs pour cette sympathique immersion.”

Lire l’article : ULTRAS À MONTPELLIER, LA MOSSON DE CONFIANCE

Les autres articles de la série :

D’autres articles sur les supportersLes Cahiers du Football

Article sur la condition des supportersPierre Ménès : “Des joueurs de Montpellier pris à partie”, vraiment ?