Un recrutement estival en question

Falaye Sacko, Arnaud Nordin, Wahbi Khazri, Christopher Jullien, Faitout Maouassa et Théo Sainte-Luce. Sur le papier, le mercato 2022 du MHSC paraissait assez séduisant et pas seulement sur l’aspect financier. Pourtant, quelques semaines plus tard, le bilan des recrues estivales n’est pas très positif.

Commençons par le gros du dossier en évoquant les Stéphanois. Prévu de longue date, le recrutement d’Arnaud Nordin, en fin de contrat à Saint-Étienne, avait tout du bon coup. La Paillade récupérait un ailier percutant, encore à polir, mais connaissant déjà la Ligue 1 et son exigence. Performant en préparation sous les ordres d’Olivier Dall’Oglio, l’international Olympique confirmait sa bonne forme en début de saison. Auteur de 3 buts et une passe décisive, Arnaud Nordin n’a toutefois plus fait parler la poudre depuis Strasbourg pour le compte de la 8e journée. La faute, entre autres, à un déclassement express avec la nomination de Romain Pitau qui a même fini par changer de système, supprimant le poste d’ailier, position préférentielle de l’ancien Vert.

Lui aussi débarqué de l’Étrat, Wahbi Khazri affiche un bilan plus mitigé encore. Pire, il a toujours semblé ne pas convenir aux différents schémas de jeu mis en place que ce soit sous la houlette d’ODO ou celle de Romain Pitau. Ses meilleures performances ont été réalisées en remplacement de Téji Savanier, suspendu, au poste de meneur de jeu. Dès lors comment faire cohabiter ces deux joueurs ? Une problématique qui semble rappeler la cohabitation entre le gitan et Florent Mollet ces dernières saisons. Une cohabitation compliquée s’achevant sur le départ de celui-ci outre-Rhin. L’international tunisien, parfois tancé aussi dans les médias pour un physique pas toujours au top, aura le temps de se remettre à neuf afin d’entrer à nouveau dans la réflexion de l’entraîneur pailladin.

Concernant Falaye Sacko, ce n’est pas forcément plus reluisant. Arrivant fort d’une phase retour tonitruante avec l’ASSE en dépit de la descente, l’international malien a connu une adaptation très compliquée. Pas aidé par les alternances tactiques de Dall’Oglio le concernant, le latéral droit semble sur la pente ascendante malgré tout. Chahuté par la concurrence d’Enzo Tchato, la blessure de son jeune partenaire lui a prodigué un temps de jeu appréciable et salvateur. De l’autre côté, Théo Sainte-Luce avait démarré tambour battant, profitant des approximations défensives de Faitout Maouassa, son principal concurrent au poste. Stoppé dans son élan par sa blessure, l’ancien du Red Star a laissé un vide sur le flanc gauche. Place désormais occupée par l’ancien Rennais, profitant du changement tactique de Romain Pitau pour y exprimer ses qualités offensives dans la peau du piston qu’il sait être.

Enfin, Christopher Jullien lui, s’est montré globalement décevant. Sans jamais être totalement infamant, le colosse toulousain n’apporte pas la tranquillité et la sérénité espérées. Alors que le MHSC a déboursé un demi-million d’euros pour s’attacher ses services, il lui appartiendrait sur la phase retour d’élever son niveau de jeu, sans quoi la concurrence finira très certainement par le rattraper, quand bien même celle-ci semble partir d’assez loin.

Autres articles

14 Commentaires

S’abonner
Notifier de
14 Commentaires
Récents
Anciens Populaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
14
0
L’article vous fait réagir ? Commentez !x